Menu mobile champlan Menu mobile champlan informations

Communiqué – Grande Victoire des Riverains de la Vallée de l’Yvette

LOGO CHAMPLAN - CopieCOMMUNIQUÉ DE PRESSE

CHAMPLAN, le 09 octobre 2018

Actualisé le 10/10

GRANDE VICTOIRE DES RIVERAINS DE LA VALLÉE DE L’YVETTE

Ce mardi 9 octobre, la Préfecture de l’Essonne a indiqué que l’entreprise ECT, qui portait un projet de stockage de déchets inertes à Villebon-sur-Yvette dans le fond de notre vallée, a retiré sa demande d’instruction classée auprès de l’Etat. Ce projet était soutenu par la ville de Villebon-sur-Yvette et également le SIAHVY, syndicat de gestion de la rivière.

Ce retrait du projet est une immense victoire pour tous les riverains de l’Yvette et pour toutes les personnes ayant combattu ce désastre environnemental annoncé.

Depuis un an, la Municipalité de Champlan n’a eu de cesse de dénoncer ce projet grotesque prévoyant de déposer 2.7 millions de tonnes de déchets inertes dans le fond de la vallée de l’Yvette, en limite de la ville de Champlan. Ce projet, véritable catastrophe écologique, prévoyait de détruire 25 hectares arborés et 17 espèces protégées, augmentant les risques d’inondations, la pollution, le bruit, saccageant le Grand Paysage.

Après des mois d’une mobilisation collective soutenue de la part des associations de protection de l’environnement, de nombreux élus et associations d’élus, des habitants et de la Municipalité de Champlan et d’un relais constant sur les réseaux sociaux grâce à la mobilisation citoyenne, le combat du pot de terre contre le pot de fer a permis de faire triompher le bon sens. Les multiples actions entreprises (réunions publiques à Champlan, à Palaiseau, plus de 700 courriers relayés par les associations, les témoignages durant l’enquête publique, la pétition sur Change.org qui a recueilli plus de 6600 signatures et en point d’orgue la marche citoyenne du 07/09 en direction de la sous-préfecture) ont démontré l’intérêt général du combat mené contre ce projet. La réunion en Sous-Préfecture a également fait émerger les inquiétudes et les questionnements de différentes communes de la Communauté d’Agglomération Paris-Saclay qui ne s’étaient pas exprimées jusque-là. Les arguments techniques avancés et longuement développés par l’entreprise ECT ont soulevé de nombreuses interrogations.

M. le Maire Christian LECLERC tient à remercier très chaleureusement toutes les personnes ayant apporté leur soutien à ce combat et particulièrement :

–       ASEVI, Collectif des riverains de la vallée de l’Yvette, Palaiseau Terre Citoyenne, Essonne Nature Environnement, Biodiversité 91, Natur’essonne, Les associations du Plateau de Saclay, France Nature Environnement, France Nature Environnement Ile-de-France…

–       Les Riverains de la Vallée de l’Yvette, la population de Champlan et des villes voisines (Palaiseau, Longjumeau, Saulx-les-Chartreux) ainsi que les conseils municipaux des villes concernées et plusieurs élus de notre communauté d’agglomération dont certains ont des responsabilités environnementales (Saint-Aubin, Verrières-le-Buisson, Villiers-le-Bâcle, Ballainvilliers …)

–       Le Département de l’Essonne

–       l’Association des Maires Ruraux de l’Essonne

–       La Chambre Interdépartementale de l’Agriculture

–       Les communes du Sud-Essonne et des Yvelines qui se sont particulièrement investies à nos côtés, faisant preuve d’une réelle solidarité environnementale, ainsi que leurs associations : les communes de Saint-Escobille, Allainville-aux-Bois, Boinville-le-Gaillard, Corbreuse, les Granges-le-Roi, Saint-Maurice-Montcouronnes, Janvry, Les Molières, Lardy, Champmotteux, Gometz-la-Ville, les associations ADSE et ACCET. En effet, ils ont offert leur aide et leurs compétences, forts de leur expérience récente dans leur combat contre la décharge de Saint-Escobille et Groslieu

–       Le combat a été relayé par un député des Yvelines, membre de la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire de l’Assemblée Nationale et Président de l’Agence Régionale de la Biodiversité d’Île-de-France

La vigilance reste pourtant de mise. Ce retrait ne signifie pas l’abandon définitif du projet, qui selon les déclarations du PDG d’ECT au Parisien dans l’article paru ce jour, serait conçu sur de nouvelles bases et donc pourrait ressurgir sous un habillage « marketing ». A nous de continuer cette mobilisation citoyenne et cette réflexion autour d’un projet alternatif qui prenne en compte le bien-être des populations, leur sécurité et protège la biodiversité de la vallée. Nous serons tous ensemble force de proposition auprès des différents partenaires pour un projet constructif.

Aucun projet consistant à ramener des déchets ou des matériaux quels qu’ils soient dans la vallée ne peut être envisageable si on veut créer une zone d’expansion de crues pour protéger les riverains et éviter le relargage des pollutions antérieures

Pour l’environnement, les combats continuent… Hier, un autre avertissement a retenti.
Le dernier rapport du GIEC sur le réchauffement climatique est sans appel…

M. le Maire Christian LECLERC remercie encore vivement l’ensemble des soutiens et également la mobilisation citoyenne.

Communiqué à télécharger : COMMUNIQUE DE PRESSE 10 10 2018 v2